In the Shadows: Lucio Silla at La Monnaie / De Munt

A singer who always makes the text live is Anna Bonitatibus and once again, that magic that happens when she sings Mozart was present. Her ‘tenero momento’ was glorious – she made the union of text, notes and acting live. The sheer joy and musicality in her singing is something very rare and very special. The artistry and intelligence behind all she does was ever present, nowhere more so than in a ‘ah se a morir mi chiama’, here moved to Act 3, where she dared to sing exceptionally quietly, yet filled it with so much expression and feeling that time just seemed to stand still.

Operatraveller
30.10.2017

Full Article

Review: Een martiale Lucio Silla bij De Munt

De Italiaanse sopraan Anna Bonitatibus (Cecilio) imponeert met haar expressieve voordracht, waarin ze sotto voce-nuances voor tedere liefdesverzuchtingen afwisselt met snijdende dissonanten waar nodig.

Joep Christenhusz
nrc.nl
30.10.2017

Full Article

L’heure exquise d’Anna Bonitatibus

Sans transition, Anna Bonitatibus investit le récit, d’un tout autre poids dramatique, de La veuve andalouse avec une vigueur d’accents et cette présence au texte qui, en italien comme en français, fait tout le prix de ses interprétations. Le récital multiplie les ruptures de ton et de climat et nous rendons les armes devant la plasticité expressive de la chanteuse, aussi juste dans le sobre recueillement d’_A ma belle-mère_ ou la mélancolique Ariette à l’ancienne que dans Le Lazzarone, « chansonnette de cabaret » où elle n’en fait ni trop, ni trop peu – à notre goût du moins, mais également au goût d’une bonne partie de l’auditoire qui, derechef, l’applaudit généreusement après cette pochade savoureuse.

Bernard Schreuders
Forumopera
23.10.2017

Full Article

tag: Rossini, La Monnaie, Bonitatibus, Péchés de Vieillesse